- LE GO -




Le Go est un jeu très populaire en extrême orient (Chine, Corée, et Japon). Son origine se situe en Chine, il y a environ 2000 ans avant notre ère. Les légendes attribuent sa création soit à l'empereur Yao soit à l'empereur Shun, tous deux soucieux d'éduquer leur fils bêtes et têtus. Les premièrs traces écrites du jeu, apparaissent entre le V° et VIII° siecle avant J.C.

Le go, après un détour par la Corée au V° siècle, fut introduit au Japon au VII° siècle par l'aristocratie fortement influencé par la culture chinoise. Le jeu est d'ailleurs, à ces débuts, reservé aux nobles. La pratique se develloppe ensuite dans le milieu culturel puis chez les moines et enfin chez les samouraïs où il connait un grand succès, car ils l'utilisaient comme moyen d'instruction dans l'art de la guerre. La première école de go sera crée par des moines Boudhistes. Ce sera sous l'ère Tokugawa (à partir de 1603) que le go connaîtra une période faste avec l'organisation d'un concours annuel designant le meilleur joueur et ce sous l'oeil attentif du Shogun. Ce sera également vers cette période que sera crée une académie officielle chargée de la formation des joueurs, la "Go-in" .

En Europe, les premières traces du Go se situent dans les rècits de voyageurs du XVI° siècle. Mais ce sera vers la fin du XIX° siècle, qu'il suscitera un veritable engouement en Allemagne et Autriche-Hongrie.

A notre époque, le Go compte des millions d'adhérents (environ 40 millions) surtout au Japon et certains joueurs sont classés dans des catégories internationales (Dan et Kyu)




Le Go se pratique sur un plateau carré comportant 19 lignes horizontales et verticales, créant ainsi 361 intersections. On nomme ce plateau le Go-Ban. Il est à noter que l'on utilise souvent un plateau de 9 lignes seulement pour les débutants. Chaque joueur disposent en principe d'un nombre illimité de pions ou pierres (blanc pour l'un, noir pour l'autre) qu'il dispose chacun leur tour sur les intersections du Go-Ban. Le but du jeu est la création de zones vides entourées de pierres de la même couleur que l'on appelle territoires. Chaque intersections contenues dans un territoire apporte un point au joueur. Le gagnant étant celui qui à le plus de point au moment ou toutes les intersections vides appartiennent à l'un ou l'autre des joueurs. Les pions posés ne peuvent plus se déplacer mais peuvent être capturés quand les intersections adjacentes sont occupées par des pions adverses. La capture rapporte un point à celui qui l'effectue et ces points se rajoutent à ceux déjà acquis par les territoires. Des pierres reliées entre elles horizontalement ou verticalement se nomment chaînes et peuvent être prises de la même manière que les pions. On dit d'une pierre qu'elle est Atari, lorsqu'il ne reste plus qu'une seule intersection libre avant sa capture. On nomme l'espace libre "une liberté". Une pierre possède initialement 2,3 ou 4 libertés suivant sa position sur le Go-Ban.

Dans le jeu, il y a deux règles fondamentales qu'il faut respecter: le suicide et le Ko .

-Le suicide interdit à un joueur de se mettre en position telle qu'il se ferait immédiatement prendre une pierre ou une chaîne sauf si ce coup lui permet de faire une capture et de parer la menace par le même occasion. Il n'existe pas de sacrifice comme aux dames et aux échecs.

-La règle du Ko veut que l'on ne puisse pas répéter indéfiniment la même situation. C'est à dire que l'on ne peut reproduire la situation que l'on a laissé au niveau de son dernier coup. Ainsi, il faut attendre un tour pour refaire une capture si on a fait une au tour précèdent.

La fin de la partie est annoncée lorsque toutes les intersections vident appartiennent à l'un ou l'autre joueur. Mais il existe une situation particulière: le Seki qui vient de l'application de la règle du suicide. Il peut arriver qu'aucun des deux camps ne puissent jouer. Les pions sont dans une situation imprenables et dans ce cas les points se calculent sans comptabilisé les points de territoires.